QUI EST ALLAH(AJAWAJEL)?

mohaqqaq.jpgAllah dans pub CandiaQui est Allah ?!! Est-ce un nom propre ou bien un titre générique ?!! Son usage est-il circonscrit uniquement qu'aux musulmans?!! Et qu'aux arabes ?!! Quelles sont ses origines ?!! Quelles sont les connexions qu'il y a tout autour de lui ?!! Comment Allah est-il décrit en Islam ?!! Ses attributs sont-ils vraiment ceux des divinités païennes ?!!

ALLAH

EST-CE UN MOT SI ETRANGER ?

 

http://farm3.static.flickr.com/2586/3689246089_355d52ac33.jpg?v=0

 

Contenu :
A - Que veut dire Allah ?!!!
B - Allah au sein d'une Eglise Française directement à la Télé
C - Le terme Allah existe-t-il que dans le Coran ?!
D - Le Nom de Dieu dans la Langue de Jésus ?!
E - Allah le Nom Commun de Dieu dans les trois religions ?!!!
F - Bonus from Hollywood
G - Les Attributs de Dieu dans le Coran et en Islam
H - Que signifie la formule « Allahu Akbar » ?!
I - L'ampleur de la Miséricorde de Dieu en Islam

 

Entre musulmans, juifs, chrétiens et athées, trop nombreuses sont les personnes qui ignorent jusqu'où remonte et jusqu'où s'étend l'emploi du terme Allah.

Ne leur facilitant par la tâche comme ils le prétendent souvent, pseudo-orientalistes et islamophobes n'ont cesse de diaboliser ce nom, n'hésitant nullement à inventer sur son compte toute sortes de mensonges, de déformations et de diffamations.

En réponse à la propagande de désinformation vieillissante de ces faux guides sévissant sur toutes sortes de médias et d'estrades, et aux débats incessants soulevés autour des origines et significations de ce mot divin dans le monde de la web sphère en particulier, je tiens à mettre à la disposition du néophyte comme celle du plus éclairé toute une série d'éléments d'exception, qui démystifieront à jamais (du moins je l'espère) ce Nom dans les imaginations, que je vous appelle à décortiquer, quelles que soient vos convictions religieuses, à vérifier, et à faire circuler tout autour de vous.

Le résumé de cet essai vous sera livré juste ci-dessous. Ce suite à quoi vous serez amenés à explorer toutes sortes de preuves étayant l'idée générique qui y est exposée, toutes aussi inattendues les unes que les autres.


Idées, texte, montages et conception : Paradisial

 

Que veut dire Allah ?!!! Lahilaha Ilalah Mohamed (Saws) Rassoulalah

 

La réponse est toute simple.

 

En arabe, les dévots des trois religions disent Allah pour faire référence à Dieu.

 

En hébreu, Dieu est dit: Elah, Eloh, Eloah *. El n’est que la contraction de ce nom.

 

* : Si en hébreu on aurait à remodeler à ces mots leurs signes diacritiques, ces trois variantes pourraient être lues indistinctement et en toute aisance sous la prononciation: Allah.

 

En araméen, Dieu est dit: Allaha

 

Cette calligraphie en illustre la transcription :

 

http://farm4.static.flickr.com/3328/3599772317_f483ce5b73.jpg?v=0


Dans les trois langues la racine sémitique est la même: ALH (même la prononciation ne diffère que très très peu).

 

En araméen et en arabe, selon l’emplacement du terme Dieu dans la phrase il peut être prononcé (invariablement dans les deux langues): Allah, Allaha, Allahi, Allahu.

 

YHWH, le tétagramme n’est pas un mot sémitique. Il s’agit d’un nom composé, d’origine égyptienne.

 

YHWH est facile à prononcer quand on le revet de ses signes diactriques, ce qui par adjonction des voyelles dans les langues latines donne ceci: YaHuWaH.

 

YaHuWaH se décompose ainsi: YaH + HuWaH

 

(en hébreu le dernier H n’est jamais prononcé, comme pour le prénom Sarah)

 

HuWaH = Lui , et ce en ancien égyptien, en arabe, en araméen et en hébreu.

 

YaH = est un nom porté par une divinité égyptienne, qui dut certainement être récupéré et utilisé par les Héreux comme nom générique. D'ailleurs, l'Ancien Testament commence par une phase Yahviste avant de transiter par la suite vers une phase Eloïste.

 

YaH + HuWaH = c’est lui Dieu.

 

Yah se retrouve dans pas mal de prénoms et de mots hébreux (composés). Cela s’explique aisément, les hébreux étant nés et ayant passé à peu près 400 ans en Egypte, forcément la culture égyptienne y survécut de façon sous-jacente fort omniprésente ; l’usage du terme Yah en témoigne. [je pourrais en donner une centaine d’exemples au minimum]

 

Allah, Allaha, Elah, Eloh, Eloah ce n’est qu’un seul et même mot sémite (signifiant DIEU).

 

En Islam et dans le Coran, Allah est considéré comme étant le Nom Propre de Dieu.

 

Pour le musulman, le fait que ce Nom soit commun aux trois religions et aux trois langues sémites corrobore parfaitement cette idée que le Coran lui dicte et le lui rappelle, celle que Allah est le Nom Propre et Eternel de Dieu.

 

 

Allah au sein d'une Eglise Française directement à la Télé

Pour les Chrétiens d'Orient, le recours au mot Allah est des plus usuels. Pour ceux qui en douteraient, en voici la preuve, illustrée au sein même d'une église française.

 

Dimanche, le 08 Janvier 2006, j'étais en train de suivre l'émission hebdomadaire « Le jour du Seigneur » diffusée sur la chaîné télévisée ~ France 2 ~

 

Remarquez le, c'était le premier dimanche du Nouvel An. Ainsi, comme à l'accoutumée, durant pareille date anniversaire, France 2 faisait la transmission de la Célébration de l'Epiphanie, et ce, cette fois-ci, à partir de l'Eglise du Bienheureux Frédéric Ozanam, située dans la ville de Cergy-le-Haut 95800, au :1, Rue Philéas Fogg.

 

http://farm4.static.flickr.com/3658/3690133292_c71954ddc6.jpg?v=0

 

En fait, je ne suivais l'émission que d'un oeil distrait, faisant quelques lectures là et là sur le net et jetant de temps en temps un regard sur la fenêtre de mon lecteur télé (j'utilisais une carte télévision sur mon ordi), et ce n'était que vers la fin de la cérémonie que j'avais réalisé avoir loupé le meilleur d'un moment rare et très insolite. En voici le peu de captures que j'en ai faites:

 

http://farm4.static.flickr.com/3614/3689328491_4c4a6be90a.jpg?v=0
http://farm3.static.flickr.com/2446/3689328585_a18d1957fb.jpg?v=0
http://farm3.static.flickr.com/2612/3690133158_0417c8fc4d.jpg?v=0
http://farm4.static.flickr.com/3596/3690133224_50bf6c0c9f.jpg?v=0

 

Les deux mots gravés sur la tunique du prêtre que vous observez sont les suivants:
 

اللّه محبة

Allah est Amour
 

http://farm3.static.flickr.com/2627/3690213764_5b4a12243a.jpg?v=0

Les images ci-présentes sont les plus nettes parmi celles capturées.
Cliquez sur le cercle ci-dessus pour télécharger en format zip l'ensemble des images que j'ai pu capturées.

 

http://farm3.static.flickr.com/2536/3689328429_fb37afe121.jpg?v=0

 

Vous pourrez vérifier par vous-mêmes l'authenticité de ces images
en achetant une copie de la vidéo de ladite transmission,
en écrivant à la société produisant l'émission.

 

 

Le terme Allah existe-t-il que dans le Coran ?!

 

Transcriptions du terme Dieu dans la version arabe des Evangiles et dans le Coran

 

Ci bas, à droite, nous disposons d'une capture d'écran, extraite du Chapitre 14 de l'Evangile de Marc, où est décrite la présentation de Jésus face au Sanhédrin pour être jugé par les Sages Israélites. A gauche, nous disposons d'une extraction fidèle du même passage, tirée par capture d'écran à partir de la version arabe du même Evangile utilisée par les chrétiens orientaux.

 

La question « Es-tu le Messie, le Fils du Dieu Béni?», qui lui fut adressée, a été mise en relief dans les deux présentations.

 

http://farm4.static.flickr.com/3281/3690286734_974ddfd8e9_o.jpg


cliquez sur l'image pour l'agrandir, pour comparer ses éléments entre eux et avec ce qui suivra

 

Ci-dessous, nous pourrons comparer la transcription arabe de la même série de mots « le Messie le Fils du Dieu » dans un verset tiré du Coran, où Dieu dénonce la filiation qu'une partie des chrétiens lui affectent, en évoquant son Prophète Jésus.

 

Sourate Le Repentir - 9 - ســورة الـتـوبـة

     
 

30. Les Juifs dirent: Esdras [h: Ezra] est fils de Dieu› et les Chrétiens disent: ‹Le Christ est fils de Dieu›. Ceci n'est que leur parole, provenant de leurs bouches, imitant [par ce] les dires des païens qui mécrurent avant eux [qui donnèrent à Dieu des fils]. Que Dieu les ait [personnellement] en opprobre! Comment s'écartent-ils (de la vérité)? 31. [Par abus] Ils ont pris leurs rabbins et leurs moines, ainsi que le Christ fils de Marie, comme Seigneurs en dehors de Dieu [en les Y associant ou Le remplaçant], alors qu'on ne leur a commandé que d'adorer un Dieu unique. Pas de divinité à part Lui! Gloire à Lui! Il est au-dessus de ce qu'ils [Lui] associent.

 

﴿30﴾ وَقَالَتِ الْيَهُودُ عُزَيْرٌ ابْنُ اللّهِ وَقَالَتْ النَّصَارَى الْمَسِيحُ ابْنُ اللّهِ ذَلِكَ قَوْلُهُم بِأَفْوَاهِهِمْ يُضَاهِؤُونَ قَوْلَ الَّذِينَ كَفَرُواْ مِن قَبْلُ قَاتَلَهُمُ اللّهُ أَنَّى يُؤْفَكُونَ ﴿31﴾ اتَّخَذُواْ أَحْبَارَهُمْ وَرُهْبَانَهُمْ أَرْبَاباً مِّن دُونِ اللّهِ وَالْمَسِيحَ ابْنَ مَرْيَمَ وَمَا أُمِرُواْ إِلاَّ لِيَعْبُدُواْ إِلَـهاً وَاحِداً لاَّ إِلَـهَ إِلاَّ هُوَ سُبْحَانَهُ عَمَّا يُشْرِكُونَ

 
     

 

L'Islam et les Musulmans croient en Jésus, et y ont foi - sans aucune contestation - comme vrai prophète, créé miraculeusement par Dieu. Ils rejètent sa mort.

Selon les enseignements du Coran, et ceux du Prophète Mohammad, alors que l'on s'apprêtait à arrêter Jésus, Dieu le fit élevé au ciel, et ce fut Juda qui prit sa place, châtié par le Seigneur, pour sa traîtrise ; Dieu l'ayant métamorphosé et transformé à l'image de Jésus, lorsqu'il c'était précipité le premier dans la maison - où le Prophète et les Apôtre s'étaient réfugiés - pour identifier qui parmi eux lequel était le Messie.

 

Sourate La Table Servie - 5 - ســورة الـمـائـدة

     
 

72. Certes ont mécru ceux qui disent: ‹En vérité, Dieu c'est le Messie, fils de Marie.› Alors que le Messie avait dit: ‹O enfants d'Israël, adorez Dieu, mon Seigneur et votre Seigneur›. Quiconque associe à Dieu (d'autres divinités) Dieu lui interdit [en toute certitude] le Paradis; et son refuge sera le Feu. Pour les injustes, il n'y aura pas d'alliés [qui soutiendront leurs mensonges le jour du jugement, ou les secourraient en Enfer]!

﴿72﴾ لَقَدْ كَفَرَ الَّذِينَ قَالُواْ إِنَّ اللّهَ هُوَ الْمَسِيحُ ابْنُ مَرْيَمَ وَقَالَ الْمَسِيحُ يَا بَنِي إِسْرَائِيلَ اعْبُدُواْ اللّهَ رَبِّي وَرَبَّكُمْ إِنَّهُ مَن يُشْرِكْ بِاللّهِ فَقَدْ حَرَّمَ اللّهُ عَلَيهِ الْجَنَّةَ وَمَأْوَاهُ النَّارُ وَمَا لِلظَّالِمِينَ مِنْ أَنصَار

 
     

 

 

Allah dans la Version Arabe des Evangiles

 

Ci dessous, dans une extraction peu exhaustive, nous pourrons reconnaître, transcrit en rouge, le terme Allah اللّه,désignant Dieu dans la Version Arabe des Evangiles. L'extraction a été limitée aux seuls premiers quatre chapitres de l'Evangile de Mathieu.

 

 

Matthieu 1:23

 

 

 

 

Voici, la vierge sera enceinte, elle enfantera un fils, et on lui donnera  le nom d’Emmanuel, ce qui signifie Dieu avec nous.

سَتحْبَلُ العَذْراءُ، فتَلِدُ اَبْناً يُدْعى "عِمّانوئيلَ"، أي اللهُ مَعَنا.

 

 

Matthieu 2:12

 

 

 

 

Puis,divinement avertis en songe de ne pas retourner vers Hérode, ils regagnèrent leur pays par un autre chemin.

وأنْذَرَهُم ُاللهُ في الحُلُم ِأنْ لا يَرجِعوا إلى هيرودُسَ، فأخَذوا طَريقًا آخَرَ إلى بِلادِهِم.

 

 

Matthieu 2:22

 

 

 

 

Mais, ayant appris qu’Archélaüs régnait sur la Judée à la place d’Hérode, son père, il craignit de s’y rendre; et, divinement averti en songe, il se retira dans le territoire de la Galilée,

سَمِعَ أنّ أرخيلاوُسَ يَملِكُ على اليَهودِيّةِ خلَفًا لأبيهِ هِيرودُسَ، فخافَ أن يذهَبَ إلَيها. فأَنذَرَهُ اللهُ في الحُلُمِ، فلَجأَ إلى الجَليلِ.

 

 

Matthieu 3:9

 

 

 

 

et ne prétendez pas dire en vous-mêmes: Nous avons Abraham pour père! Car je vous déclare que de ces pierres-ci Dieu peut susciter des enfants à Abraham.

و لا تقولوا لأنفسِكُم: إنّ أبانا هوَ إبراهيمُ. أقولُ لكُم: إنّ اللهَ قادرٌ أنْيَجعَلَ مِنْ هذِهِ الحِجارَةِ أبناءً لإبراهيمَ.

 

 

Matthieu 3:15

 

 

 

 

Jésus luir épondit: Laisse faire maintenant, car il est convenable que nous accomplissions ainsi tout ce qui est juste. Et Jean ne lui résista plus.

فأجابَهُ يَسوعُ: "ليكُنْ هذا الآنَ، لأنّنا بِه نُتَمّمُ مَشيئةَ اللهِ". فَوافَقَهُ يوحنّا.

 

 

Matthieu 3:16

 

 

 

 

Dès que Jésus eut été baptisé, il sortit de l’eau. Et voici, les cieux s’ouvrirent,et il vit l’Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui.

وتعمّدَ يَسوعُ و خَرَجَ في الحالِ مِنَ الماءِ. واَنفَتَحتِ السّماواتُ لَه، فرأى رُوحَ اللهِ يَهبِطُ كأنّهُ حَمامَةٌ ويَنزِلُ علَيهِ.

 

 

Matthieu 4:3

 

 

 

 

Le tentateur, s’étant approché, lui dit: Si tu es Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent des pains.

فَدنا مِنهُ المُجَرّبُوقالَ لَه: "إنْ كُنْتَ اَبنَ اللهِ، فقُلْ لِهذِهِ الحِجارَةِ أنْ تَصيرَ ُخبزًا.

 

 

Matthieu 4:4

 

 

 

 

Jésusr épondit: Il est écrit: L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu.

"فأجابَهُ: "يقولُ الكِتابُ: ما بِالخبزِ وحدَهُ يحيا الإنسانُ، بل بكلّ كَلِمَةٍ تَخرُجُ مِنْ فم ِاللهِ".

 

 

Matthieu 4:6

 

 

 

 

et lui dit:Si tu es Fils de Dieu, jette-toi en bas; car il est écrit: Il donnera des ordres à ses anges à ton sujet; Et ils te porteront sur les mains, De peur que ton pied ne heurte contre une pierre.

وقالَ لَه: "إنْ كُنتَاَبنَ اللهِ فأَلقِ بِنَفسِكَ إلى الأسفَلِ، لأنّ الكِتابَ يقولُ: يُوصي ملائِكَتَهُ بكَ، فيَحمِلونَكَ على أيديهِم لئلاّ تَصدِمَ رِجلُكَ بِحجرٍ".

 

 

Matthieu 4:7

 

 

 

 

Jésus lui dit: Il est aussi écrit: Tu ne tenteras point le Seigneur, ton Dieu.

فأجابَهُ يَسوعُ: "يقولُ الكِتابُ أيضًا: لا تُجرّبِ الرّبّ إلهَكَ".

 

 

Le Vatican ose prétendre que les Chrétiens d'Orient ne disposent pas d'autre nom pour faire référence personnellement  à Dieu que le terme Allah. Nous allons voir plus loin ci-dessus qu'il s'agisse là d'une vérité très très mal avouée, puisque faite de façon sournoise camouflant une autre vérité.

 

Pour les polémiste, je précise d'avance que le terme Rabb, rencontré d'ailleurs dans les trois religions et dans les trois langues sémites, est un Titre, qui signifie Seigneur, que d'ailleurs les musulmans réservent exclusivement à Dieu, contrairement aux chrétiens et aux juifs.

 

Ce vocable Rabb on le retrouve dans le terme Rabbin. Quand un juif religieux s'adresse à un Rabbin il l'appelle souvent Rabbi, càd Mon Seigneur, sinon, moins souvent, Rabb Untel, càd Seigneur Untel.

 

Dans les Evangiles, Jésus s'opposa en personne à ce que ses disciples et interlocuteur lui accolent un tel titre, celui de Seigneur, afin d'interdire et de bannir tout rapprochement entre lui et Dieu dans Sa Seigneurie, et exclure tout soupçon de similitude entre le Messager et son Seigneur.

 

Les chrétiens en disant Seigneur Jésus, et les juifs en appelant leurs doctes religieux Rabbi commettent une grande forfaiture que Jésus et le Coran tout deux condamnent et dénoncent en personne.

 

Matthieu - Chapitre 23
7 ils aiment à être salués dans les places publiques, et à être appelés par les hommes Rabbi, Rabbi. 8 Mais vous, ne vous vous faites pas appeler Rabbi; car un seul est votre Maître, et vous êtes tous frères. 9 Et n’appelez personne sur la terre votre père; car un seul est votre Père, celui qui est dans les cieux *.

 

* : Le terme père est un intrus qui pose beaucoup de confusion dans l'esprit de tout lecteur des Evangiles, alors qu'il n'est qu'une récupération de la vision anthropomorphe déjà présente dans les textes de l'Ancien Testament, quoique de façon moins affirmée, voulant désigner Dieu. Mais là n'est pas qu'est la question. La question serait: "pourquoi les religieux qui officient à l'Eglise s'appellent-ils des pères ?!!".

 

Dans les trois langues, le terme Rabb signifie également Maître (et non maître), et ce dans le sens de la Seigneurie et non dans celui de l'enseignement. Ci-dessous, nous retrouvons une double condamnation de Jésus de l'usage de ce mot entre humains.

 

Luc - Chapitre 18
18
 Un chef interrogea Jésus, et dit: Bon Maître, que dois-je faire pour hériter la vie éternelle? 19 Jésus lui répondit: Pourquoi m’appelles-tu bon? Il n’y a de bon que Dieu seul.

 

Remarquez-le, en français on utilise encore bel et bien aujourd'hui ce fameux terme « Monsieur » qui n'est autre que la contraction de « Mon Seigneur » et le terme « My Lord » entre aristocrates britanniques, comme si le monde occidental jadis christianisé n'avait pas bien assimilé une telle leçon durant des siècles.

 

Sourate La Famille d'Imran - 3 - ســورة آل عـمـران

     
 

64. Dis : « O gens du Livre, venez à une parole commune entre nous et vous : que nous n’adorions que Dieu, sans rien Lui associer, et que nous ne prenions point les uns les autres pour seigneurs en dehors de Dieu ». Puis, s’ils tournent le dos [à une telle parole], dites : « Soyez témoins que nous nous sommes [à Dieu] soumis [:que nous sommes musulmans] ».

﴿64﴾ قُلْ يَا أَهْلَ الْكِتَابِ تَعَالَوْاْ إِلَى كَلَمَةٍ سَوَاء بَيْنَنَا وَبَيْنَكُمْ أَلاَّ نَعْبُدَ إِلاَّ اللّهَ وَلاَ نُشْرِكَ بِهِ شَيْئاً وَلاَ يَتَّخِذَ بَعْضُنَا بَعْضاً أَرْبَاباً مِّن دُونِ اللّهِ فَإِن تَوَلَّوْاْ فَقُولُواْ اشْهَدُواْ بِأَنَّا مُسْلِمُونَ

 
     

 

 

Le Nom de Dieu dans la Langue de Jésus  ?!

http://farm4.static.flickr.com/3328/3599772317_f483ce5b73.jpg?v=0

Comment se prononce-t-il ?!

L'auriez-vous entendu quelque part ?!

Qui préserve encore son usage, et où son emploi est-il le plus répandu ?!

http://farm3.static.flickr.com/2634/3689838323_6f57eb45fa_o.jpg

Cliquez sur l'image ci-dessous pour agrandir, puis de nouveau cliquez sur la loupe

http://farm3.static.flickr.com/2616/3689836787_e81218831b_o.jpg

 

Vous pourrez vérifier par vous même en allant ici sur : le dictionnaire du site www.soureth.com
N'oubliez pas d'installer les polices de caractères afin que vous puissiez visionner les mots traduits par le site tels qu'ils sont transcrits en araméen.

 

 

Allah le Nom Commun de Dieu dans les trois religions

 

Malgré que les orientalistes et les islamophobes osent mentir constamment au sujet de l'Islam et de Dieu de l'Islam, le Coran n'a jamais eu cesse de rappeler que le Dieu qu'adorent les musulmans est identique et est le même que celui des juifs et des chrétiens, toutefois, avec une image plus épurée que celle livrée par ces deux groupes des Gens du Livre, et exhorte les musulmans de le leur rappeler.

 

Sourate « L'Araignée » - 29 - ســورة العـنكبـوت

     
 

46. Et ne discutez que de la meilleure façon avec les Gens du Livre, sauf ceux d’entre eux qui sont injustes. Et dites : "Nous croyons en ce qu’on a fait descendre vers nous et descendre vers vous, tandis que notre Dieu et votre Dieu est Un [le même], et c’est à Lui que nous nous soumettons".

﴿46﴾ وَلَا تُجَادِلُوا أَهْلَ الْكِتَابِ إِلَّا بِالَّتِي هِيَ أَحْسَنُ إِلَّا الَّذِينَ ظَلَمُوا مِنْهُمْ وَقُولُوا آمَنَّا بِالَّذِي أُنزِلَ إِلَيْنَا وَأُنزِلَ إِلَيْكُمْ وَإِلَهُنَا وَإِلَهُكُمْ وَاحِدٌ وَنَحْنُ لَهُ مُسْلِمُونَ

 
     

 

En fait, les arabes, qu'ils soient chrétiens ou musulmans, sont les seuls à conserver encore intact l'usage du Nom de Dieu, le terme Allah.

 

Qu'en est-il de l'usage du Nom de Dieu dans le Judaïsme ?!

 

Ce sujet à lui seul mériterait un article à part, très très long, et très détaillé, qu'une quinzaine de jours ou un mois ne permettront pas d'élaborer (tout en le référençant), tellement la question est complexe, et tellement y eut-il, au grès des siècles, beaucoup de déformations et de désinformations relayées par les historiens, les archéographes et les biblologues uniquement dans le but de coller par pur concordisme aux idées véhiculées classiquement autour de l'Ancien Testament et autour de l'histoire du Judaïsme.

 

Si l'on considère l'histoire de la sortie d'Abraham de la ville d'Ur, sa migration vers la Palestine, la naissance d'Ismaël et de Jacob, la migration de Jacob avec sa famille en Egypte, puis le retour de Moïse avec les enfants d'Israël (Jacob) en Palestine, on pourrait déduire les éléments suivants:

  • Abrahm ne pouvait inventer une langue nouvelle pour parler aux siens l'ayant accompagné dans son périple.
     

  • Jacob, né en Palestine, pouvait à la rigueur hériter de sa langue paternelle, mais devait certainement maîtriser la langue locale de son lieu de naissance, tel tout émigré de deuxième génération, qu'il enseigna à ses propres enfants.
     

  • Installée en Egypte, la famille de Jacob, portait ainsi un double héritage linguistique, et devait s'initier à la langue égyptienne, celle du pays dans lequel elle allait se sédentariser après la grande famine qui toucha la Palestine, pour tenter ainsi de s'émanciper par les soins et à l'image de Josèphe qui devint grand intendant du Royaume Egyptien.
     

  • Séjournant - selon la Bible - 400 ans en Egypte, on ne saurait imaginer les enfants d'Israël inventer une nouvelle langue indépendante de l'égyptien, ni capables de pérenniser fidèlement celles de leurs aïeuls [Jacob le Palestinien et Abraham le Babylonien], pour ne pas souffrir de tant d'handicaps culturels dans leur nouvelle patrie désormais.
     

  • Errant dans le désert durant 40 années, après leur fuite d'Egypte, on ne saurait imaginer les hébreux inventer, là non plus, une nouvelle langue, et ce, en pleine austérité du désert en sus, au retrait de toute civilisation.
     

  • Dévastant la Palestine, ce n'est que là que les hébreux durent tenter de s'inventer une nouvelle langue, afin de confirmer et d'asseoir leur fraîche indépendance politique via une indépendance culturelle, lesquelles ne pouvaient s'affirmer que par le billet d'une tentative d'indépendance linguistique.

 

Je voudrais par de tels appels et mise en gardes faire remarquer que la langue hébraïque ne dut pas naître par enchantement, mais dut certainement provenir du brassage des hébreux avec plusieurs peuples et civilisations, au contact desquels, ces nomades, une fois sédentarisés, finirent par adopter une langue syncrétique s'inspirant des langues de tous ces peuples et civilisations, tels l'akkadien, le babylonien, l'égyptien, le phénicien, l'araméen, ainsi que toutes les branches cananéennes, et même la langue arabe *, voire l'ancien persan (dont d'ailleurs on retrouve des traces dans l'hébreu biblique).

 

Oui, je dis araméen, car personnellement, je n'estime pas que la langue araméenne soit postérieure à l'hébreu, comme le prétendent par concordisme certains archéographes, mais plutôt le contraire, allant jusqu'à considérer l'araméen comme étant la langue mère principale de l'hébreu, fait qui pourrait justifier à lui seul le retour des enfants d'Israël vers la langue araméenne après leur période hébraïque.

 

Vu les détails et logiques livrés précédemment, j'y vais même jusqu'à imaginer la Torah de Moïse comme étant originellement araméenne et non pas hébraïque.

 

* : La langue arabe est parente avec l'araméen. Sont-elles soeurs ?!! Ou bien, l'une serait-elle la parente de l'autre ?!! Nul ne pourrait le confirmer. Par contre, il est certain que l'écriture arabe a été dérivée de l'écriture nabatéenne (du Sud de l'Arabie), laquelle avait été tirée de l'araméen.

 

En vous laissant réfléchir au long périple des nomades hébreux au contact des sociétés, et sur ses conséquences linguistiques et culturelles, je vous invite à remarquez ce que révèle le présent verset, tiré de la Torah:

 

http://farm4.static.flickr.com/3572/3689978855_2498c2230b.jpg?v=0

 

C'est à Moïse que Dieu s'adresse, l'invitant à réciter une telle prière. En nous nous référant à une Bible annotée, nous apprenons ce qu'est l'identité de ce père de Moïse auquel le présent verset fait allusion.

 

http://farm3.static.flickr.com/2617/3689978819_42cf3b9898.jpg?v=0


Ce personnage est le Prophète Jacob

 

Ce verset qualifie donc Jacob d'araméen. La notion araméen peut avoir plusieurs acceptions :

  1. descendant d'Aram, fils de Sem ;
     

  2. habitant de la région où Aram et ses descendants s'étaient installés : l'ancienne Syrie incluant la Palestine ;
     

  3. celui parlant la langue araméenne, langue qui tire son nom à la fois d'Aram (le Patriarche) et de la Syrie (elle aussi appelée Aram).

 

En effet, en Jacob, ces caractéristiques y sont toutes les trois réunies. Etant de la deuxième génération descendant d'Abraham, il naquit, vécut et fut enterré en Palestine (Joseph ramena le corps de son père depuis l'Egypte), et entre temps, il devait certainement parler la langue locale de la région, dont les autochtones, quoiqu'ils soient païens, eux aussi étaient des descendants d'Aram, càd des araméens.
 

Jacob est considéré comme étant le Père des Israélites, le Patriarche des Douze Tribus.

 

Si Jacob était araméen, il aurait dû s'adresser à Dieu en araméen,
le Dieu dont il était le Prophète devrait être lui aussi de phonétique araméene,
devait lui aussi s'appeler


http://farm4.static.flickr.com/3328/3599772317_f483ce5b73.jpg?v=0

 

pareil que chez Jésus, et chez Mohammad
pareil que chez les chrétiens d'Orient et chez les musulmans.

 

Les termes hébraïques
El, Eloah, Elohim
sont des dérivés et issus de la même racine

 

Allaha

 

Contrairement aux langues latines, l'arabe, l'araméen et l'hébreu, qui sont des langues sémitiques, s'appuient sur un abjad, càd sur une écriture où les mots ne sont composés que de consonnes, les voyelles n'étant illustrées que grâce à des signes diacritiques (qui s'installent au-dessus ou au-dessous des lettres auxquelles ils sont associés). Les mots y sont souvent issus de racines trilitères (composés de trois lettres), qui sont parafés de signes diacritiques qui changent d'emplacement (sur ou sous la lettre) selon l'emplacement du mot lui-même dans la phrase (et le rôle qu'il y joue), ce qui par conséquence influe sur la prononciation consonantique du mot, sans bien entendu en changer le sens étymologique. Aussi, entre Allah et Allaha il n'y a aucune différence. La racine est la même, à savoir : Alef + Lam + Ha'e (A+L+H).

 

  ALLâH اَلـلَّـه Arabe

ALH

ALLaHa 3691963955_148b9d1ec6.jpg Araméen
  ELoAH אלאח Hébreu

 

Le terme hébraïque Eloah il suffirait à peine de lui modifier les signes diacritique de ses trois premières lettres, sans avoir à toucher aucunement à sa structure alphabétique, pour que l'on puisse le lire : Allah.

 

- Figure A -

- Figure B -

ELoAH

ALLâH
אֵלׁאַח אֲ
dir="rtl" lang="he" xml:lang="he">לַּאח


L'hébreu, comme l'arabe et l'araméen, se lit de droite à gauche. Dans la Figure A, le deuxième Alef (3ième lettre), de couleur marron, joue le rôle d'une consonne complète, le coup de glotte, incorporant lui même la voyelle a, qui en étend la prononciation, et qui lui donne le son prolongé "A".
Dans la Figure B, le deuxième Alef (toujours, 3ième lettre), de couleur bleue, joue le rôle d'une semi-consonne, devenant par ce une longue voyelle, qui étend la lettre précédente, "L" (lamed), qui porte déjà la voyelle "a" ainsi qu'un signe diacritique de gémination qui dédouble la lettre elle-même; ce qui donne comme son "LLâ". Dans le mot Allaha, la gémination du L est tacite, et le dernier Alef, de couleur marron, joue le rôle d'une demi-consonne, devenant par ce la voyelle "a".

Alors que la forme arabe et araméenne sont concordantes, cette petite variation de la phonétique (et non de la lettre) dans la forme hébraïque pourrait éventuellement être née d'un barbarisme de prononciation survenu chez les hébreux lors de la récupération de ce Nom de chez les peuplades araméennes de Palestine. Ce phénomène survient souvent chez les émigrants s'installant dans un nouveau pays.

 

En Arabe, selon l'emplacement du terme Allah dans la phrase, celui-ci peut changer de terminaison (signe diacritique final), pour finir par être lu : Allaha, Allahou, Allahi.

 

Cela est également valable pour le terme Allaha dans la langue araméenne.

 

Jésus, et les juifs de la Palestine araméenne, durent eux aussi employer le terme Allah. Vous en aurez justement l'illustration - phonétiquement et visuellement - dans la vidéo ci-dessous.

 

 

Bonus from Hollywood:
        La Passion du Christ - Jesus appelant Dieu en Araméen

 

Jesus-et-hommes.jpgVoici la retranscription du texte araméen (inspiré directement de la Bible), de sa traduction anglaise, puis enfin de celle littérale en langue française:
 

« Al teeth khalone, heefe MUNAHMA »

« You must not be afraid, the HELPER will come »

« vous n'avez pas à avoir peur, le secoureur viendra »

« Bi hoda Kashta bi Allah »

« Who reveals the truth about God »

« celui qui révélera toute la vérité au sujet d'ALLAH »
 

A votre avis, qui a restauré la vraie vérité au sujet de Dieu, et qu'elle est la religion qui explicite clairement qui est ALLAH et lève le voile sur les ambiguïtés portées par les autres religions et par les fossoyeurs sur le sujet de Dieu ?!!

A ce stade vous connaissez déjà la réponse par vous-mêmes, et les éléments qui suivront vous le confirmeront davantage.


Dans le prochain essai qui suivra je livrerais incha-Allah un aperçu très détaillé sur l'image de Jésus dans le Coran, sa naissance, sa vie, ses missions, son départ de ce monde, que quiconque pourra comparer à loisir avec celle ressortant d'une lecture superficielle des Evangiles, telle qu'entreprise généralement par nombre de personnes.

 

Sourate « Les Femmes » - 4 - ســورة الـنـسـاء

     
 

171. O gens du Livre [parmi les Chrétiens], n'abusez pas dans votre religion, et ne dites de Dieu que la vérité. Le Messie Jésus, fils de Marie, n'est qu'un Messager de Dieu, Sa parole qu'Il envoya à Marie, et un souffle de vie venant de Sa part. Croyez donc en Dieu et en Ses messagers. Et ne dites pas « Trois ». Cessez [donc]! Ce sera plus salutaire pour vous. En toute vérité, Dieu est un Dieu unique. Il est trop glorieux pour avoir un enfant. C'est à Lui qu'appartient tout ce qui est dans les cieux et sur la terre, et Dieu suffit comme Soutien [et Refuge]. 172. Jamais le Messie n'aura à trouver indigne d'être un serviteur de Dieu, ni les Anges [de Dieu] rapprochés. Quiconque trouvent indigne de L'adorer et s'enflent d'orgueil, [qu'ils sachent en toute certitude] que Dieu les rassemblera tous vers Lui.

﴿171﴾ َيَا أَهْلَ الْكِتَابِ لاَ تَغْلُواْ فِي دِينِكُمْ وَلاَ تَقُولُواْ عَلَى اللّهِ إِلاَّ الْحَقِّ إِنَّمَا الْمَسِيحُ عِيسَى ابْنُ مَرْيَمَ رَسُولُ اللّهِ وَكَلِمَتُهُ أَلْقَاهَا إِلَى مَرْيَمَ وَرُوحٌ مِّنْهُ فَآمِنُواْ بِاللّهِ وَرُسُلِهِ وَلاَ تَقُولُواْ ثَلاَثَةٌ انتَهُواْ خَيْراً لَّكُمْ إِنَّمَا اللّهُ إِلَـهٌ وَاحِدٌ سُبْحَانَهُ أَن يَكُونَ لَهُ وَلَدٌ لَّهُ مَا فِي السَّمَاوَات وَمَا فِي الأَرْضِ وَكَفَى بِاللّهِ وَكِيلاًَ ﴿172 لَّن يَسْتَنكِفَ الْمَسِيحُ أَن يَكُونَ عَبْداً لِّلّهِ وَلاَ الْمَلآئِكَةُ الْمُقَرَّبُونَ وَمَن يَسْتَنكِفْ عَنْ عِبَادَتِهِ وَيَسْتَكْبِرْ فَسَيَحْشُرُهُمْ إِلَيهِ جَمِيعاً

 
     

 

 

Les Attributs de Dieu dans le Coran et en Islam

 

En Islam, Dieu s'est de tout temps révélé à l'humanité, par le biais des prophètes qu'Il suscita en différents temps et en différents espaces, parmi différentes sociétés et civilisations. Ce n'est que par paganisme et innovation que ces peuplades altérèrent la pureté des messages qui leur furent transmis et enseignés, ne rechignant aucunement à accorder à Dieu des associés, à lui substituer des idoles, lorsqu'ils ne les introduisaient pas déjà comme intermédiaires entre eux et le Dieu Unique, délaissant la lumière pour l'obscurité, troquant la clarté des dogmes par leur dépravation.

 

Comme tous ses prédécesseurs messagers, le prophète Muhammad ne vint pas pour inventer une nouvelle religion, mais pour restaurer le message un et unique, original et originel que Dieu révéla en tout temps et en tout espace.

 

Il ne vint pas pour appeler à adorer un autre Dieu, mais pour restaurer l'image plutôt immaculée de Dieu, que les injustes, les fourbes et les ignorants parmi les humains n'hésitèrent pas à altérer et à affecter.

 

Il ne vint pas pour subdiviser la religion, mais plutôt pour effacer les schismes religieux, élevant et élargissant l'Alliance Divine à une échelle universelle, parce que telle était sa mission, parce que Dieu l'avait promis, et parce que l'humanité y était enfin et désormais prédisposée.

 

En Islam, les attributs divins sont illimités et ne peuvent être cernés par quelconque description. Tenter de les dénombrer serait les limiter. Tenter de les décrire serait les circonscrire. Les approcher selon un référentiel purement humain serait les amenuiser et ne ferait que porter atteinte à leur intégrité et à leur divinité suprême.

 

Dans le Coran, maintes fois il y est dit à l'égard de Dieu que : RIEN NE LUI RESSEMBLE. Ainsi est le maître mot. Et que' IL N’A POINT ENFANTE NI N’A ETE ENFANTE.

 

Un tel rappel si incessant se soucie systématiquement de mettre en garde le néophyte contre la vanité de comparer le comparable avec l'incomparable, Le Créateur avec la créature, L'Incréé avec le créé.

 

Ce mot insiste à dire qu'aucune extrapolation issue de notre esprit humain et de notre cerveau - pesant à peine un kilogramme - ne saurait embrasser tous les attributs divins ni ne saurait être séante pour s'appliquer à celui qui créa l'immensité. La même formule dénonce l'inanité des esprits et des pseudo-développements de ceux qui assimilent Dieu à l'image de l'homme et l'homme à l'image de Dieu, voire disent de l'homme être le fils de Dieu et de Dieu être le père de l'homme, ou se disent être les fils de Dieu, à Dieu ne plaise de lui appliquer de telles outrances si anthropomorphes et si paganistes.

 

Le même mot n'entend pas que Dieu soit insondable, ni connaissable, ni perceptible, au contraire : Toute La Création et Tout l'Existent témoignent de Lui et prouvent Sa présence et Son existence.

 

Pour approcher Dieu, l'Homme est appelé à ouvrir ses sens, à désinhiber ses perceptions, à utiliser sa bonne raison, à élargir son coeur et à faire preuve de logique.

 

Au lieu de citer le Coran, dont les versets tentant de décrire Dieu sont très nombreux et très éparses, je vous propose en partage deux très beaux textes parlant de Dieu à la lumière de ce qui se dégage du Coran et de l'esprit de l'Islam.

 

Texte d'Abu Hâmid Al Ghazâlî


L’Imâm Abû Hâmid Al-Ghazâli est le très célèbre philosophe arabomusulman du 11ième siècle.
 

Sache, ô untel, que tu es une créature et que tu as un Créateur.

Il est Le Créateur du monde et de tout ce qu’il y a dans le monde. Il n’a point d’associé. Il est Un. Rien n’est semblable à Lui. Il est Ancien, Son Existence ne cessera jamais, et Il est Eternel sans anéantissement. Son Existence est Ancienne et Eternelle. Cesser d’être ne peut jamais s’appliquer à Lui. Il existe par Lui-même. Tous ont besoin de Lui et Il n’a besoin de personne. Son Existence est par Lui-même et l’Existence de toute chose est par Lui.

Sache que Le Créateur - Que Sa Mention Soit Exaltée- n’a point d’image et rien n’est semblable à Lui. Sache qu’ Il ne descend ni atterrit dans un moule (ou forme, qâlab) et qu’Il est, Exalté Soit-Il, élevé au-dessus du " comment ", du " combien " et du " pourquoi " qui ne lui seyent point. Rien ne Lui ressemble. Tout ce qui effleure l’esprit comme illusion, fiction, pensée dans une imagination, représentation ou adaptation ne peut guère Lui être attribué, car ce sont des attributs des créatures et Il est leur Créateur. Il ne peut donc être décrit par cela.

Il - que Sa grandeur soit exaltée - n’est guère dans un endroit, ou sur un endroit : Il n’est circoncis dans aucun endroit. Tout ce qu’il y a dans le monde est sous Son Trône, Son Trône est sous Sa Toute-Puissance, Soumis à Son Ordre, et Il est avant le Trône, sans endroit. Le Trône ne Le porte point, au contraire le Trône et ses porteurs sont portés par Sa Clémence et Sa Toute-Puissance. Son Istiwâ’ sur le Trône est comme Il a dit, conformément à ce qu’Il a dit, et avec le sens qu’Il veut. Un Istiwâ’ exempt (munazzah) de toute fixation (istiqrâr), exempt de tout contact (mumâssah), exempt de confinement (tamakkun), exempt d’atterrissage (hulûl), exempt de tout déplacement. Il est, Exalté Soit-Il, au-dessus du Trône et au-dessus de toute chose. Malgré cela, Il est Proche de toute créature. Il est plus Proche de l’éloigné et du proche que ne l’est la vaine jugulaire. Il a pouvoir sur toute chose et est Témoin de tout. Il fait absolument tout ce qu’Il veut. Il a les épithètes de la Beauté et les Attributs de la Gloire, exempt (munazzah) de disparition ou déplacement. Il est Parfait, exempt du besoin pour un endroit, et ce avant et après la création du Trône. Il est tel qu’Il est depuis toujours, nul changement ni transformation ne surviennent à Ses Attributs. Il est - Exalté Soit-Il - exempt de tout attribut des créatures. Il est connu ici-bas et vu dans l’Au-delà tel qu’Il est connu ici-bas, c’est-à-dire sans pareil ni semblable, car la vue de l’Au-delà n’est pas comme celle d’ici-bas. Il n’y a rien qui Lui ressemble ; et c’est Lui l’Audient, le Clairvoyant.

Il a, Exalté Soit-Il, pouvoir sur toute chose et Son Royaume est absolument Parfait. Exempt de toute incapacité ou défaillance. Il fait ce qu’Il a voulu et fait ce qu’Il veut. Les sept cieux, les sept terres, la Chaise (Al-Kursi) et le Trône (Al-`Arch) sont saisis par la Poignée de Sa Toute-Puissance, sous Sa Domination Suprême (Qahr), sous Son Ordre et Sa Volonté. Il est Le Maître, nul royaume autre que le Sien. Il transcende grandement tout ce que disent les injustes.

Il connaît, Exalté Soit-Il, tout ce qui est connaissable et Son Savoir a tout cerné. Il n’y a rien depuis les sphères célestes jusqu’à la terre que Sa Science n’ait cernée. En effet, les choses ne sont apparues que par Son Savoir. Par Sa Volonté, Il les a créées, par Sa Toute-Puissance Il les a constituées. Il connaît, Exalté Soit-Il, le nombre des grains de sable dans les déserts, des gouttes de pluie, des feuilles des arbres, les mystérieuses pensées, et ce que le vent et l’air ont touché est clair dans Sa Science comme le nombre des étoiles au Ciel. Tout ce qu’il y a dans le monde est par Sa Volonté. Tout, peu ou prou, grand ou petit, bien ou mal, utile ou nuisible, croissance ou décroissance, repos ou mauvaise santé, tout est par Son Jugement, Sa Gestion, Sa Volonté et Sa Décision. Si les hommes et les djinns, les anges et les démons, se réunissaient pour déplacer ou fixer une chose fut-elle du poids d’une fourmi, ou pour la réduire ou l’augmenter, sans Sa Volonté, Sa Force et Sa Puissance, ils seraient incapables. Ce qu’Allâh veut est et ce qu’Il ne veut pas n’est point. Sa Volonté n’est jamais repoussée. Tout ce qui fut, est, ou sera, est par Sa Gestion et Son Ordre.

De même qu’Il sait tout ce qui est connaissable, Il entend tout ce qui est audible et voit tout ce qui est visible. Par Une Ouie Unique et Une Vue Unique, Il voit les fourmis marcher dans la nuit ténébreuse et n’échappe pas à Son Ouie le bruit des vers de terre sous les couches du sol. Son Ouie n’est aucunement par des oreilles, et Sa Vue n’est point par des yeux. De même que Son Savoir n’émane pas d’une pensée, Son Acte n’émane pas d’instruments ou outils, mais Il dit à la chose : Soit ! Et elle est aussitôt.

Son Ordre est pénétrant et obligatoire pour toutes Ses créatures. Tout ce qu’Il annonce en terme de Promesse et Menace de Châtiment est Vrai. Son Ordre est Sa Parole. De même qu’Il est Omniscient, Omnipotent, Audient et Clairvoyant, Il Parle et Sa Parole est sans gorge, langue, bouche ou dents. Le Coran est Sa Parole, ainsi que la Thora, l’Evangile, les Psaumes et les livres révélés aux prophètes, que la paix soit sur eux tous. Sa Parole est Son Attribut et tous Ses Attributs sont éternellement Anciens. Alors que la parole pour l’humain est faite de lettres et de sons, la Parole d’Allaah transcende toute lettre et tout son.

Tout ce qu’il y a dans le monde est Sa créature, Exalté soit-Il. Il n’a point d’associé, ni de créateur. Au contraire, Il est l’Unique Créateur. Tout ce qu’Il crée comme fatigue, maladie, pauvreté, handicap ou ignorance, est Justice de Sa Part. L’Injustice est impossible dans Ses Actes, car l’injuste est celui qui intervient dans la propriété d’autrui, alors que Le Créateur Exalté Soit-Il n’agit que sur Sa Propriété et Il n’a guère de partenaires en cela. Tout ce qui est et sera Lui appartient. Il est Le Propriétaire, sans semblable, ni associé. Nul ne peut s’opposer à Lui par un "non" ou un "comment". A Lui appartiennent le Jugement et l’Ordre dans tous Ses Actes, et tout autre ne peut que se soumettre et contempler sa création et être satisfait de Ce qu’Il décide.

......

Texte d'un autre essayiste

Dieu ne fut pas enfanté pour partager sa gloire avec un autre, ni n'engendra un héritier pour lui succéder à sa mort.

Il a précédé le temps et transcendé la durée, il n'est sujet ni à une augmentation ni à une diminution.

Il s'est révélé à la raison par la perfection de ses œuvres et ses décrets inéluctables.

La création des cieux hermétiques qui sont levés sans colonnes, et qui sont maintenus sans supports, témoigne de sa puissance.

Ils s'empressent de répondre à ses appels et Lui obéissent dans ses ordres sans mot dire...

Il a fait des astres des cieux des guides aux êtres errants dans les différentes régions de la terre; les ténèbres profondes de la nuit ne sauraient voiler leur lumière, ni l'obscurité ténébreuse dérober l'éclat de la lune répandu dans le ciel.

Loué soit le Seigneur à qui ne saurait se cacher tout ce qui voile la nuit la plus profonde et la plus silencieuse dans les régions du globe, les plus basses et les élévations voisines, d'un noir rougeâtre, les grondements du tonnerre à l'horizon et la fugacité des éclairs; il connaît toute feuille arrachée de sa tige par les orages et les pluies, toute goutte qui tombe et le lieu de sa chute, la voie et la trace de l'insecte, l'existence du moucheron et ce que toute femmelle porte dans ses flancs.

Gloire à Dieu dont l'existence précéda tout: Trône, ciel, terre, djins et hommes; nulle imagination ne le conçoit, nulle intelligence ne le mesure, nulle demande ne le gêne, nul don ne diminue ses trésors. Il ne voit pas avec l'œil, ne s'enferme pas dans un lieu, et n'a point de semblable: il ne ressent aucun besoin; les gens ne sauraient l'atteindre; personne ne lui est comparable...

Il n'y a de Dieu que Lui. Il a éclairé de sa lumière toute obscurité. De même qu'Il assombrit de ses obscurités toute lumière.

Quiconque le qualifie, renie son unicité. Quiconque le compare se trompe. Celui qui l'assimile ne le désigne point.

Celui qui le montre et l'imagine ne s'adresse pas à lui. Tout ce qui est déterminé a été créé. Toute chose qui dépend d'une autre n'est qu'effet.

Dieu agit sans le secours d'un instrument, agit sans avoir besoin de réfléchir; il est riche sans chercher un profit, il n'est pas soumis au temps, et se passe d'organes; son existence, son essence, son éternité ont précédé toute durée, tout néant, tout début.

En dotant les sens de sensibilité il a été reconnu comme n'ayant point de sens; en accordant la contradiction aux choses, il a été reconnu comme n'ayant point de contradictions; en confrontant les choses, il a été reconnu comme n'ayant point de semblable.

Il opposa la lumière aux ténèbres, la clarté à l'obscurité, l'immobilité au mouvement, le chaud au froid, il concilia leurs contradictions, renoua leurs divergences et distingua leurs différences.

Nulle limite ne le borne, nul calcul ne le dénombre. Cependant les outils se limitent et les machines se comparent entre elles. "Depuis", "peut-être", "cependant" sont des termes inapplicables à son antériorité, à son éternité et à sa perfection.

Par ses attributs il s'est laissé pressentir par la raison et par eux il s'est refusé aux regards; il n'est soumis ni à l'immobilité, ni au mouvement. Comment serait-il donc soumis à son œuvre? S'il en était autrement, son essence serait multiple et son éternité aléatoire; il aurait eu un prédécesseur s'il avait un successeur, et il aurait cherché la perfection s'il avait une imperfection. Alors, il serait marqué du cachet du créé et serait devenu signe au lieu d'être source de référence. Il aurait perdu son pouvoir d'invulnérabilité et aurait été affecté par les choses comme chaque créature.

Il est immuable, éternel, ne connaît pas de fin. Il n'engendra point pour qu'il soit engendré; il ne fut pas engendré pour connaître des limites.

Il est au-dessus de toute paternité et de toute souillure féminine; l'imagination ne l'atteint point pour pouvoir l'évaluer; les intelligences ne le conçoivent point pour pouvoir 1e décrire; les sens ne parviennent point à le saisir pour en avoir une sensation; les mains ne sauraient le toucher pour en prendre contact; il ne change point d'état, les circonstances n'influent point sur lui.

La succession des nuits et des jours ne l'use point; de même les ténèbres et la lumière ne le modifient point. Il ne peut être décrit comme étant un ensemble de parties, d'organes ou de membres ou un phénomène quelconque, on ne peut le connaître par le "qui" et le "comment"; on ne peut parler à son propos de limite ou de fin, de rupture et de but.

Les choses ne sauraient le contenir ni pour le rehausser ni pour le rabaisser; aucune chose ne peut l'incliner ni l'équilibrer. Il ne s'incarne ni ne se désincarne. Il informe sans le secours d'une langue ni d'une gorge. Il entend sans oreille, ni organe. Il s'exprime sans parler, retient sans mémoire, il veut sans intention, aime et accorde ses faveurs sans pour autant faire preuve de faiblesse, il déteste et se fâche sans souffrir. Il dit à ce qu'il veut créer: "Sois" et il est, sans proférer ni lancer un appel retentissant. Cependant son Verbe est en lui-même un acte qu'il a créé et modulé de par sa grâce. Le Verbe n'existait pas avant qu'il ne l'eût créé car s'il pouvait exister, Il y aurait eu alors un second Dieu.

On ne peut dire de Lui: Il fut après n'avoir pas été, sinon il aurait été soumis aux lois de la création; et il n'y aurait point de différence entre la création et Lui, il n'aurait point de supériorité sur elle. Alors le créateur égalerait la créature, le maître d'œuvre, l'œuvre.

Dieu conçut les créatures sans modèle préexistant et ne recourut à aucune de ses créatures pour l'aider. Il fit la terre et la soutint sans effort et l'installa sans le secours d'un support; il l'établit sans colonnes et la suspendit sans appui. Il l'immunisa contre toute déviation et inclinaison, il la protégea de la chute et de l'effritement; il ancra ses montagnes et les éleva; il en fit jaillir des sources, traça ses vallées; son œuvre ne connut point de faiblesse, ni d'ébranlement. Il la domine par sa puissance et sa gloire. Il en connaît les secrets grâce à sa science et à sa sagesse. Il est au-dessus de toute chose par sa majesté et sa puissance.

Rien ne peut s'opposer à ses désirs, ni s'opposer à lui ou le vaincre, ni être plus rapide que lui ou le dépasser. II n'a nul besoin d'une possession pour s'enrichir. Les choses lui sont soumises et se courbent humblement devant sa grandeur; elles ne sauraient échapper à sa puissance pour un autre et se dérober ainsi à ses faveurs ou ses sanctions.

Il n'a point de semblable pour se comparer à lui ni d'adversaire pour se mesurer à lui. C'est lui qui anéantira la création et ce qui restera du monde sera comme ce qui en manquera.

L'anéantissement du monde après sa création, est-il donc plus étonnant que son modelage et sa création?

Si tous les animaux (volant et marchant) quels que soient leurs genres, leurs races ou leurs espèces, leurs communautés intelligentes ou inintelligentes, si tous s'unissaient pour créer le plus petit des insectes, ils en seraient incapables et ne sauraient comment lui insuffler la vie leurs intelligences les plongeraient dans l'indécision et les égareraient; leurs forces seraient pour toujours impuissantes. Ils finiraient par être avilis, épuisés et reconnaîtraient leur défaite, leur incapacité de créer le plus petit insecte.

Note de Paradisial
: Dans ce qui va suivre ci-dessous, l'auteur fera référence au Jour Dernier.

Avant la résurrection, Dieu fera anéantir Tout l'Existent, vraiment Tout l'Existent (excepté ce que Dieu par Sa volonté épargnera, comme le dit le Coran) afin que l'Attribut Divin d'Eternité ne puisse être bousculé dans son exclusivité, même si toute création a un début, contrairement à Dieu, si elle est vouée à l'éternité, elle connaîtra la mort et l'anéantissement, pour ressusciter à nouveau le jour de la résurrection, à l'image des anges eux aussi seront donc anéantis puis ressuscités.

Dieu (que son nom soit béni) redeviendra absolument seul après la disparition du monde; tel qu'il était avant la création du monde, il sera après la disparition de celui-ci. II n'y aura ni temps, ni espace, ni moment, ni durée. Les termes et les destinées disparaîtraient, alors les années et les heures subiraient le même sort. Rien d'autre que Dieu, l'unique et le dominateur de qui dépendent toutes choses. Il a créé le monde sans qu'il ait besoin de son aide et l'anéantira sans le consulter. S'il pouvait se refuser à sa puissance, le monde demeurerait éternel. Nulle création ne lui a coûté un effort et n'a été pour lui une charge. Il n'a pas créé le monde pour renforcer une puissance, ni par peur de disparition ou d'affaiblissement, ou pour en recevoir un quelconque appui contre quiconque, ni pour se protéger contre un adversaire séditieux, ni pour étendre par lui son empire, ni pour se faire des associés dans son royaume, ni pour combler une solitude.

Puis, il anéantira le monde après sa création non par lassitude, née de son organisation et de sa direction, ni pour prendre repos ou pour se débarrasser d'une charge. Dieu n'est point rebuté par une longue durée pour être porté à en hâter la fin.

Il a aménagé le monde par sa mansuétude, l'a maintenu par ses ordres, et l'a perfectionné par son vouloir. Il le reconstitue après sa disparition sans qu'il en ait besoin, sans se faire aider par qui que ce soit, ni pour se débarrasser de l'isolement en faveur d'une compagnie, ni pour se tirer d'une situation d'ignorance et d'aveuglement à un état de connaissance et de clairvoyance, ni pour se tirer d'un état de pauvreté et de besoin à un état de richesse et d'abondance, ni d'un avilissement et de bassesse à une situation de grandeur et de puissance.

 

Sourate « Le Pur Monothéïsme » - 112 - ســــــورة الإخـــلاص

     
 

Au nom de Dieu, le Tout Clément, le Très Miséricordieux. 1. Dis: ‹Dieu c'est Allah, Un et Unique. 2. Allah, Le Seul à être imploré pour ce que nous désirons. 3. Il n'a point engendré, ni n'a été engendré. 4. Et, nul n'est égal à Lui›.

بِسْمِ اللهِ الرَّحْمنِ الرَّحِيمِ ﴿1﴾ قُلْ هُوَ اللَّهُ أَحَدٌ ﴿2﴾ اللَّهُ الصَّمَدُ ﴿3﴾ لَمْ يَلِدْ وَلَمْ يُولَدْ ﴿4﴾ وَلَمْ يَكُن لَّهُ كُفُواً أَحَدٌ

 
     

 

Sourate « La Génisse » - 2 - ســورة الـبـقـرة

     
 

255. Allah est celui hors duquel il n'y a nulle divinité, Lui le Vivant, l'Immuable par Soi. Ni somnolence ni sommeil ne Le saisissent. A Lui appartient tout ce qui se qui est dans les Cieux et tout ce qui est sur Terre ! Qui pourrait intercéder auprès de Lui sans Sa propre autorisation ? Il connaît leur passé et leur futur, [alors] qu'ils n'embrassent de Sa Science que ce qu'Il leur en concède. Son trône déborde les Cieux et la Terre, dont la préservation ne lui coûte aucune peine, et c'est Lui le Très Haut, le Glorieux Tout Puissant.

﴿255﴾ اللّهُ لاَ إِلَـهَ إِلاَّ هُوَ الْحَيُّ الْقَيُّومُ لاَ تَأْخُذُهُ سِنَةٌ وَلاَ نَوْمٌ لَّهُ مَا فِي السَّمَاوَاتِ وَمَا فِي الأَرْضِ مَن ذَا الَّذِي يَشْفَعُ عِنْدَهُ إِلاَّ بِإِذْنِهِ يَعْلَمُ مَا بَيْنَ أَيْدِيهِمْ وَمَا خَلْفَهُمْ وَلاَ يُحِيطُونَ بِشَيْءٍ مِّنْ عِلْمِهِ إِلاَّ بِمَا شَاء وَسِعَ كُرْسِيُّهُ السَّمَاوَاتِ وَالأَرْضَ وَلاَ يَؤُودُهُ حِفْظُهُمَا وَهُوَ الْعَلِيُّ الْعَظِيمُ

 
     

 

 

 

 

 

  yarabmm9.png

 

 

 

 

     
 

 

 
     

Lahilaha Ilalah Mohamed (Saws) Rassoulalah